Place de l'énerie solaire
dans notre culture
(annexes au chapitre 8 de la revue "Le soleil, notre énergie")

accéder à la revue "Le soleil, notre énergie"

Informations complémentaires :

A) Analyse détaillée des programmes d'enseignement à la rentrée 2007 : cette analyse a été publiée dans l'ouvrage "Energies d'avenir en Nord Pas de Calais" édité par l'association "Virage énergie Nord Pas de Calais". Plus précisément, c'est le chapitre 6 de cet ouvrage

B) Analyse détaillée des programmes de lycée à la rentrée 2009 :

Les numéros des remarques correspondent à ceux figurant dans l'ouvrage. C'est à dire :
1. -Science de la Vie et de la Terre- en seconde générale et technologique : l’énergie solaire intervient un peu au niveau du système solaire.
2. –Physique, chimie- en seconde générale et technologique : le soleil intervient par son système et les cadrans solaires.
3. -Science de la Vie et de la Terre- en première scientifique : le soleil et l’énergie sont absents
4. –Physique, chimie- en première scientifique : la notion d’énergie est omniprésente, et le soleil apparait une seule fois : « Le transfert d’énergie par rayonnement ne fait ici l’objet que d’une approche simple et qualitative à partir d’exemples courants (soleil, lampe...) »
5. -Science de la Vie et de la Terre- en terminale scientifique : le soleil intervient à l’occasion de l’étude du climat de la Terre et du système solaire. La photosynthèse est au programme. Elle sera donc étudiée seulement par les élèves de terminale scientifique des Sciences de la Vie et de la Terre
6. –Physique, chimie- en terminale scientifique : l’énergie nucléaire a une place importante, le soleil sert juste à mesurer le temps …

_________________________________________________

le 21 janvier 2011.
Sur le site du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer; dans la rubrique Observation et Statistiques de l'Environnement on peut lire au 1er paragraphe :
On lit à cette page : « Les activités économiques d’un pays associées à la production de biens, d’équipements, au logement, à la nourriture, aux déplacements, à l’information, etc. consomment des ressources naturelles (eau, matières végétales et minérales). Une partie de ces ressources est potentiellement renouvelable, comme les cultures agricoles pour l’alimentation humaine et animale, la forêt qui produit le bois pour la construction, pour la fabrication du papier/carton, du mobilier ou pour le chauffage, l’eau pour l’irrigation... Néanmoins une majorité est non renouvelable : granulats pour la construction et les routes, carburants automobile, fuel et gaz pour la production de chaleur, plastiques, acier, aluminium... ». A l’évidence, pour les experts du ministère, l’énergie solaire n’a pas droit au titre de ressource naturelle. Il aurait pu y avoir y avoir une structuration du propos par les notions d’énergie solaire en flux (pour les cultures agricoles, pour la forêt, pour le cycle de l’eau qui permettra l’irrigation) et d’énergie solaire en stock (pour le carburant automobile, le fuel, le gaz). Il n’en est rien. Au ministère qui s’occupe de l’énergie, le soleil est absent !

 

Fédération Nord Nature, 23 rue Gosselet, 59000 LILLE - Tel 03.20.88.49.33 -  mail : secretariat@nord-nature.org